Accueil > TIC et Services Publics > Vision des maires et des citoyens sur Internet et ses usages

fontsizedown
fontsizeup

Vision des maires et des citoyens sur Internet et ses usages

samedi 16 janvier 2010, par Webmestre

Orange et le Journal des Maires ont confié une étude à l’institut BVA pour "paroles d’élus" portant sur un échantillon représentatif de maires français et des citoyens français et européens pour connaitre les usages qui sont faits de l’internet.

Symbole arobase au dessus de la devise de la République FrançaiseIl ressort de cette étude que parmi les personnes interrogées, pour nombre d’entre elles (91% des maires, 81% des Européens et 79% des Français) internet doit être considéré comme une source d’espoir et non comme une source de crainte.

Dans le détail, les Grecs, Espagnols et des Polonais (91%) sont plus optimistes que les Anglais ou des Allemands (73 %).

Aussi bien les maires, que les Français et les Européens trouvent d’emblée que les TIC sont très ou plutôt efficaces pour "favoriser le développement économique dans certains territoires" ou "contribuer à la protection de l’environnement" .

Arrivent ensuite, légèrement derrière, des idées pour "améliorer la qualité des services publics" (77% des maires, 78% des Français et 84% des Européens).

Tableau indiquant les chiffres de al fréquentation d'un site internet de commune "Pour contribuer à la relance économique" , ce sont les maires (71%) ou les Européens (75%) qui perçoivent plus positivement les TIC que les Français (59%).

Et la perception d’une "fracture informatique plutôt que numérique" est plus prononcée chez les maires que chez les Français.

Ce "pessimisme" se retrouve également dans leur perception de la position de la France en matière de haut débit car :
- les maires connectés voient dans internet un outil de proximité pertinent avec les citoyens.
- tous les maires interrogés déclarent utiliser internet dans le cadre de leur fonction.

C’est une utilisation, à raison de plusieurs fois par semaine, pour :
- tous les maires des villes de plus 10.000 habitants,
- 83% des maires des villes de moins de 2.000 habitants.

Plusieurs pages d'accueil de sites de communesLes maires déclarent à 84% que leurs communes disposent d’un site internet, en forte augmentation depuis ces dernières années.

Ces sites de leurs communes, les Français indiquent être :
- 71% à le visiter,
- 29% à le faire plusieurs fois par mois
- contre 62% pour les Polonais, 45% les Espagnols ou 31% des Allemands.

Seuls les Anglais enregistrent un score inférieur (22%) à celui des Français pour la visite du site de leur commune.

Les maires perçoivent dans l’outil internet comme :
- un moyen de se rapprocher des citoyens et de leur proposer un nouveau service (45%),
- de gagner du temps (20%),
- de renforcer l’image de modernité et d’innovation de la commune (14%),
- d’améliorer la gestion interne de la collectivité (14%),
- réaliser des économies (7%).

Les services en ligne à développer

En ce qui concerne les services à développer en priorité sur internet, les maires et les citoyens français pensent en très forte majorité aux services en ligne.

Ce qu’ils trouvent "importants ou prioritaires" à développer comme services dans les prochaines années :
- les services de l’état civil pour obtenir par exemple un extrait d’acte de naissance ou de décès. Les maires sont 75% à penser mettre en place ces services dans les prochaines années « certainement ou probablement »,
- l’aide aux personnes âgées, permettant par exemple de s’inscrire à des services d’aide au maintien à domicile. Les maires envisagent de la mettre en place « certainement ou probablement » dans les prochaines années dans 60% des cas,
- les transports : par exemple pour payer son titre de transport par mobile, réserver en ligne certains billets… Ce service est prioritaire pour 75% des Français et 67% des maires, mais ces derniers sont seulement 55% à penser le mettre en place dans les prochaines années.
- la diffusion de l’actualité communale grâce aux services en ligne suscite le même intérêt des Français (61%) et des maires (60%), qui jugent cette action "importante ou prioritaire".

A l’inverse, les services jugés moins prioritaires, aussi bien par les maires que par les Français sont :
- l’éducation,
- l’urbanisme,
- la démocratie participative (c’est bien pourquoi nous pensons que Élus et citoyens doivent être sensibilisés sur ce point).

Les visions divergent entre maires et français sur les services en ligne :
- liés à l’enfance, jugés "importants ou prioritaires" par 80% des Français contre 57% des maires,
- les services de e-tourisme pour 73% des maires contre 66% des Français.

Une fracture plus informatique que numérique !

Pour les maires, l’inégalité d’accès à internet relève plus d’une fracture informatique que numérique liée à la couverture du réseau haut débit fixe et mobile.

Les maires ont le sentiment à :
- 83% à estimer que plus de la moitié de leurs administrés sont éligibles à internet, c’est-à-dire qu’ils ont la possibilité technique de s’y abonner,
- 53% à penser que plus de la moitié de leurs administrés possèdent un ordinateur leur permettant de naviguer sur le net.

Les Français (80%) et les Européens (79%) partagent le sentiment que plus de la moitié des habitants de leur commune a la possibilité technique de s’abonner à internet.

Cette fracture numérique est en fait perçue par les maires et les Français plus importante qu’elle ne l’est.

Seuls 11% des maires et 20% des Français ont en fait conscience que la France se classe en réalité parmi les meilleurs en Europe concernant l’accès au haut débit internet.

Le même écart de perception existe concernant l’accès au haut débit mobile.

Un outil internet apparaît très nettement porteur d’espoir

91% des maires, 79% des Français et 81% des Européens voient en internet une source d’espoir plutôt qu’une source de crainte.

Internet représente pour eux un moyen efficace pour améliorer la situation dans de nombreux domaines.

Que ce soient les maires, les Français ou les Européens, tous considèrent très largement "les technologies de l’information comme internet" très ou plutôt efficaces pour "favoriser le développement économique dans certains territoires", pour "contribuer à la protection de l’environnement" et dans une moindre mesure, pour "améliorer la qualité des services publics".

Les deux commanditaires commentent les résultats de cette étude :

Bruno Janet, conseiller spécial du Président, directeur des relations avec les collectivités locales de France Télécom-Orange :

"Les résultats de cette étude soulignent l’intérêt des élus français et des citoyens européens pour l’usage des TIC. Ce sondage illustre les bénéfices d’internet pour les élus qui y voient un levier pour se rapprocher des concitoyens et leur offrir une amélioration des services. L’accès de plus en plus généralisé au numérique et la diversité de leurs usages témoignent de la profonde mutation que connaît la France, qui touche nos comportements, nos attitudes et transforme notre quotidien. Les maires considèrent qu’internet est une source d’espoir et de développement économique. Ensemble nous allons continuer à en faire un vrai levier de développement social et économique".

Christophe Robert, Rédacteur en chef du Journal des Maires :

"L’avenir est aux liens numériques entre les citoyens et l’administration. Villes et communes rurales l’ont bien compris. Outil de proximité et de développement local, internet est aujourd’hui devenu incontournable pour les maires français".

Méthodologie de l’étude BVA :

Foule passant par un entonnoirElle a été réalisée du 19 au 31 octobre 2009, et comprend deux volets.

Un premier sondage mené auprès d’un échantillon représentatif de l’ensemble des maires, réalisé par téléphone.

L’échantillon se compose de 400 maires, dont 150 maires de communes de moins de 2.000 habitants, 150 maires de communes de 2.000 à 10.000 habitants et 100 maires (ou directeurs de communication ou directeurs de cabinet) de communes de plus de 10.000 habitants.

Un autre sondage a été réalisé par internet auprès d’échantillons représentatifs d’habitants de 15 à 65 ans, dans chacun des 8 pays suivants : l’Allemagne, l’Espagne, la France, la Grèce, l’Italie, la Pologne, le Portugal et le Royaume-Uni.

Au total, 5.010 Européens ont donc été interviewés et la qualité des 8 échantillons a été assurée par la méthode des quotas appliquée aux variables sexe, âge et CSP.

Retrouvez les résultats de l’étude en détails sur www.orange.com/collectiviteslocales et sur le site du Journal des Maires : www.journaldesmaires.com

A propos de "paroles d’élus"

Nous avons déjà eu l’occasion à plusieurs reprises de vous parler d’initiatives de collectivités réunionnaises qui ont retenu l’attention au pint de figurer dans le cercle restreint de "paroles d’élus".

Depuis cinq ans, les partenaires de "Paroles d’élus" - associations nationales d’élus locaux et France Télécom-Orange - valorisent les projets menés par les territoires français et européens s’appuyant sur les TIC, au service de l’action publique locale.

Leur action s’inscrit dans la durée et prend différentes formes, comme la réalisation de ce sondage.

Chaque année aux alentours du Congrès des Maires, un recueil d’initiatives locales est édité, avec fin 2009 le tome 5 : "une Europe innovante" réalisé en partenariat avec l’AMF, l’AdCF, l’AMGVF, L’AMRF, l’APVF, les FedEpl, la FMVM et France Télécom-Orange.

Un site internet participatif, parolesdelus.com, plateforme de rencontres et d’échanges sur les TIC au service des territoires, est ouvert au public depuis le 8 décembre 2009.