Accueil > Retours d’expériences > 3ème UROI

fontsizedown
fontsizeup

3ème UROI

vendredi 19 décembre 2008, par Webmestre

La 3ème Université Rurale de l’Océan Indien (UROI) s’est tenue à Saint-Joseph du 16 au 18 décembre 2008.

Ouverture 3ème journée UROIJ’ai eu la chance d’être invité à la 3ème édition de l’UROI, Université Rurale de l’Océan Indien et je remercie l’organisation de cette initiative.

En fait, je n’ai été présent que le 3ème jour dont la thématique était "Les TIC au service du développement rural".

Cet évènement était annoncé sur le site de l’association Villes Internet dont est membre la ville de Saint-Joseph.

Lors de la restitution des synthèses, j’ai regretté de n’avoir pu participer aux travaux des autres thématiques abordées les journées précédentes : "Santé en milieu rural" et "la Nature, patrimoine remarquable".

J’ai aussi constaté la faible représentation des acteurs économiques de la filière TIC de La Réunion, qui comme moi ont été invités mais n’ont pas honoré la manifestation de leur présence.

Restitution synthèse UROIIls ont perdu là beaucoup sur deux aspects très importants :

- apprendre : on apprend toujours en participant à ces universités (voir la richesse des thématiques abordées lors de cette 3ème UROI),
- réfléchir et s’adapter : leur offre peut surement mieux se positionner, directement ou au moyen d’adaptations justifiées dans un monde rural où les TIC sont en train de progresser et tiendront un grand rôle.

Sans revenir sur les relations déjà identifiées entre TIC et développement durable, il a été démontré l’importance de leur nécessité dans le besoin d’ouverture, de mobilité et de développement économique de zones enclavées comme souvent le sont les hauts de La Réunion.

Et ce au moment où se profilent, en particulier dans le Sud Sauvage, des perspectives intéressantes de développement des usages et des services grâce à l’arrivée et bientôt la couverture totale du territoire en haut débit (selon la définition officielle, car pour moi la notion de haut débit devrait se trouver placée bien plus haut, et pas seulement en zone rurale) sous l’impulsion de la CCSUD à qui cette compétence a été transférée, de l’opérateur historique et de la Région Réunion.

La Ville de Saint-Joseph n’a pas attendu en menant en parallèle le déploiement de plusieurs Espaces Publics Numériques (EPN) et de points d’accès Wi-Fi ainsi qu’en travaillant à l’ouverture de son système d’information sur le Net pour apporter encore plus de services à la population - sujets de l’Atelier 3 du 18 décembre (réservation d’ouvrages en ligne pour bibliothèque centrale et relais,...).

Signature de la charteLa qualité des intervenants locaux et "hors département" (Océan Indien, Portugais, Italiens, Suisses et métropolitains) a placé assez haut le niveau des exposés et des échanges sur les TIC, nul doute qu’il en a été de même pour les autres thématiques.

Un petit clin d’oeil sympathique au 1er village numérique de France : Chooz (prononcer "Cho" comme Madame le Maire) dans les Ardennes.

Si le fond des sujets était de qualité, l’organisation était aussi parfaite sous la houlette conjointe des équipes de la Ville de Saint-Joseph et de la Maison du Tourisme du Sud Sauvage.

Tout cela n’est pas étranger au fait que la charte signée, par le Président de l’APURE et Monsieur le Député-Maire de Saint-Joseph, lors de la cérémonie de clôture prévoit en 2010 la tenue de l’Université Rurale Européenne à Saint-Joseph.

Cocktail de clôtureCe ne sera pas une surprise pour ceux qui connaissent le Sud Sauvage, mais pour les autres il convient de signaler qu’autour du sérieux de l’Université a aussi régné une grande convivialité.

L’accueil petit déjeuner à proximité de l’auditorium Harry Payet, le buffet du midi dans les jardins de Manapany et la réception de clôture dans les salons de l’Hôtel de Ville ont été à la hauteur de cette réputation du "bien vivre dans le Sud".

Les participants aux journées précédentes m’ont confirmé qu’il en a été tout le temps de même, avec en point d’orgue la soirée créole du 17 décembre.

Je vous laisse apprécier l’ambiance conviviale de la réception de clôture au cours de laquelle Monsieur le Député-Maire a entonné et mené la chorale pour une "Marseillaise Réunionnaise" reprise en cœur par l’assistance.

N’hésitez pas à monter le son puis lancez ci-dessous la vidéo de l’évènement.

Et c’est avec grand regret, car le chemin du retour qui m’attendait était encore long, que j’ai décliné l’invitation de participer à la première soirée des Nuits du Piton dont la réputation n’est plus à faire.